Liens entre permaculture/éducation positive/entreprise libérée

Y a-t-il un lien ?

Depuis quelques mois maintenant, je me suis plongé dans ces trois notions de manière séparée et sans établir de liens entre elles.

Reprenons les définitions de base …

Permaculture (cf. wikipedia) : Le terme « permaculture » signifiait initialement « culture permanente » (de l’anglais « permanent agriculture »6) ; puis avec le temps il a été étendu pour signifier « culture de ce qui est permanent dans le sens (sociologique) de pérenne ou viable »7.

Et cela continue ensuite sur la notion de durabilité et de résilience de l’écosystème, avec la mise en place d’une éthique des individus

– Toujours d’après wikipedia – L’éthique de la permaculture peut être résumée ainsi27 :

  • Prendre soin de la nature (les sols, les forêts, l’eau et l’air)
  • Prendre soin de l’humain (soi-même, la communauté et les générations futures)
  • Créer l’abondance et redistribuer les surplus.

 

Education positive (cf. Agnès Dutheil ou Isabelle Filliozat) : application de la psychologie positive (travaux de recherche sur le bien-être, étude scientifique de ce qui peut favoriser l’épanouissement de la personne et de la société) au domaine de l’éducation. L’objectif de cette éducation reste bien d’assurer la sécurité de l’enfant et d’assurer la réussite personnelle et professionnelle de l’enfant (attention, réussite en tant que “bien-être” et non en tant que “compétition”). Pour permettre à l’enfant de devenir un citoyen engagé, respectueux des règles sans être soumis. Ce qui est conforté par wikipedia également (article disponible seulement en anglais).

En clair, pas un rebelle ni un mouton, pas un délinquant ni un prosélyte. Entre ces extrêmes, cela laisse de la place pour chaque individu.

Entreprise libérée (cf. wikipedia encore) : Le terme entreprise libérée (en anglais freedom-form company ou F-form company) désigne « une forme organisationnelle dans laquelle les salariés sont totalement libres et responsables dans les actions qu’ils jugent bon — eux et non leur patron — d’entreprendre1. » … L’entreprise libérée n’est pas un modèle, il s’agit plus d’une philosophie humaniste de conception de l’entreprise. … Cette approche pose comme postulat de départ que la théorie Y de Douglas McGregor (l’être humain aime travailler) est juste (la théorie X affirmant le contraire). Elle prône comme valeur fondatrice, la confiance en l’être humain.

Et j’ajouterais également l’hypothèse que ce qui motive l’être humain correspond bien aux besoins définis par Maslow dans sa fameuse pyramide.

1280px-MaslowsHierarchyOfNeeds.svg

By FireflySixtySeven – Own work using Inkscape, based on Maslow’s paper, A Theory of Human Motivation., CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=36551248

Conclusion

Je sens bien qu’il y a des liens entre ces différentes notions. L’impression que cela forme un tout cohérent. Ne serait-ce que parce que ces trois notions sont arrivées au même moment dans ma vie. Trois réponses différentes à un même besoin ?

LiensPermacultureEducationPositiveEntrepriseLiberee

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Create your website at WordPress.com
Get started
%d bloggers like this: